Travailler avec le vivant

Agricultrices et agriculteurs en haut de l’affiche

L’intérêt actuel pour l’agriculture est très palpable, en témoigne le succès retentissant du film « Nous, paysans » diffusé sur France 2 le 23 février dernier : 21,1% de parts d’audiences et plus de cinq millions de téléspectateurs.

Simultanément, Xavier Niel a annoncé la création d’un agro campus gratuit, sur 600 hectares, pour accueillir 2 000 personnes et les former aux métiers de l’agriculture, sur le modèle de Station F, ce qui n’est pas sans susciter émois et controverses.

Les agricultrices et agriculteurs, de surcroît vieillissants, ne représentent plus en France que 1,5% de l’emploi total, soit 400 000 agriculteurs-exploitants.

À l’échelle mondiale, nous sommes désormais huit milliards et en augmentation constante. Cet accroissement rapide n’a pu se faire qu’en puisant sans compter dans la ressource pétrolière pour doper la production agricole à grands coups de chimie et de machines.

Le secteur de l’agriculture et de l’alimentation représente environ 25% des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il est un des grands responsables du dérèglement climatique, et une de ses premières victimes du fait des sécheresses, crues et inondations résultant de ce dérèglement.

La situation a de quoi préoccuper. Le tout petit nombre d’agricultrices et d’agriculteurs qui restent ont l’immense responsabilité de continuer à nous nourrir. En même temps, ils doivent diminuer fortement le recours à la chimie et aux machines, les seuls vecteurs qui leur ont permis de le faire en étant aussi peu nombreux. La pression sur eux est immense.

Voilà pour le constat qui est de plus en plus connu et partagé.

Et si l’agriculture était porteuse de solutions ?

Ce qui est moins connu, et que nous découvrons au fur et à mesure de nos pérégrinations butineuses, c’est que l’agriculture est une activité humaine capable d’apporter des solutions à nos problèmes.

En effet l’agriculture a une relation très intime avec le carbone, élément clef du vivant, dont elle a besoin pour produire notre nourriture. Elle a aussi le pouvoir de stocker ce carbone dans le sol, lui permettant de diminuer ses dépendances aux apports extérieurs et de compenser les émissions de certaines autres activités humaines. Le cercle vicieux peut-il être transformé en cercle vertueux ?

Comment fonctionne l’agriculture ? Comment et pourquoi a-t-elle évolué si vite ? Comment peut-elle se transformer encore pour garantir notre sécurité alimentaire ? Comment peut-elle atténuer notre impact négatif sur le climat ?

Comment peut-elle aussi contribuer à réparer une relation difficile entre le monde rural et le monde des villes ? Comment peut-elle tout simplement nous aider à nous réconcilier avec la nature, à nous laisser inspirer par le vivant ? Comment le biomimétisme peut-il nous guider ?

Ces sujets sont débattus par d’éminents spécialistes ; ils déclenchent des débats passionnés. Ils sont aussi incarnés par des femmes et des hommes qui, dans leurs métiers au quotidien, contribuent à la réinvention permanente de l’agriculture et de l’alimentation qui, il y a environ 10 000 ans, a été une véritable rupture dans l’évolution de l’humanité.

Ces sujets nous concernent tous, sans exception. Notre défi : vous donner envie de les comprendre en dévorant les œuvres de la Butineuse 🐝 !